Dossiers

Tendance. Bois brűlé, entre modernité et tradition 16/07/2020

L’occident s’inspire très souvent du Japon pour la décoration et l’efficacité de certaines techniques de construction. A la frontière de l’art, du home design et d’une technique ancestrale du 18 ème venue du Japon le "Shou Sugi Ban" . Assez peu connu en Europe il y a encore quelques années, elle séduit de plus en plus les designers et architectes tant pour la beauté et l’originalité des travaux, que pour ses nombreux avantages. Retour sur la tendance en vogue respectant l'homme et la nature.

Venue tout droit du Japon, la technique du bois brûlé, également appelée Shou Sugi Ban ou encore Yaki Sugi, consiste, comme son nom l'indique, à faire brûler en surface des lames de bois pour les rendre plus résistantes, et augmenter ainsi leur durée de vie. Utilisée à l'origine par des pêcheurs japonais pour la façade de leur maison en cèdre ("Sugi" en japonais), cette méthode connaît un certain engouement depuis peu dans les pays occidentaux, et notamment en France.
 
Les charpentiers japonais avaient coutume de ramasser le bois flotté le long du littoral, pour sa résistance et son aspect usé. Alors qu’il devenait de plus en plus difficile de répondre à la demande de ce type de bois, ces professionnels ont tenté d’obtenir le même effet en brûlant ou en endommageant d’autres essences, traditionnellement du Cèdre.
 
Plusieurs entreprises de menuiserie ont depuis repris le flambeau, jouant sur les différents bois pour offrir une grande variété de finition et un aspect esthétique unique.


 

Profondeur, texture et couleurs
Si autrefois les Japonais l’utilisaient surtout de manière très pragmatique, le bois brûlé est désormais un accessoire de décoration incontournable pour les architectes modernes ou les passionnés de déco.

Les plus grands designers mondiaux se sont appropriés cette technique permettant d’obtenir une gamme infinie de variations d’aspect. Sur le plan esthétique, la technique "Shou Sugi Ban" procure au bois une richesse et une élégance sans égale. Les différentes intensités de carbonisation et les essences de bois utilisées confèrent au bois brûlé des teintes variées qui transforment l’apparence du bois de façon remarquable. Ainsi nous retrouvons une gamme de couleurs allant du noir intense au noir avec des reflets gris ou bleu. Des textures variées selon l’intensité avec laquelle le bois a été gratté ou brûlé. Au toucher, nous pouvons obtenir une surface aussi soyeuse que la peau ou à contrario conserver les irrégularités du bois et son rendu « écailles de tortue ». Chaque lame de bois est revêtue d’une couche de carbone à l’aspect unique.


 

Bref, en élement architectural ou de décoration intérieur, qu’il soit habillé de noir mat ou de brillant, le bois brûlé offre esthétisme et cachet à vos biens d'exception.